54è journée de la femme africaine au Togo

L’apothéose

Le centre Blue zone de Cacavéli (Lomé) a accueilli , ce 31 juillet la cérémonie apothéotique de la célébration de la 54 édition de la journée de la femme africaine.

Danses traditionnelles du Togo et de la Cote d’Ivoire ont ébloui le Centre Blue Zone de Cacaveli, ce dimanche après midi. Et pour cause, s’y déroulait l’apothéose de la célébration de la journée de la femme africaine.

Démonstration de danse par des Ivoirienne

Le Togo, pour la commémoration, a retenu comme thème au niveau national : « Santé de la femme et de la jeune fille, une priorité pour l’atteinte des objectifs du développement durable », qui se déclinent en deux sous-thèmes : « Ensemble mettons fin à la Fistule Obstétricale » ; et « L’autonomisation de la femme comme, moyen de promouvoir la santé maternelle et infantile ».

Dans ce sens, il a été organisé, par le ministère en charge de la promotion de la femme, des consultations offertes aux femmes. Ceci pour lutter contre la mortalité et les morbidités subséquentes à la maternité.

Avant l’activité de la Blue Zone, la ministre Tchabinandi Kolani-Yentharé a procédé à un appui en équipements profitant à 14 groupements féminins opérant dans la production et la transformation agroalimentaire, soutien émanant du Centre de la CEDEAO pour le développement du genre (CCDG).

Selon la ministre, dans le cadre de cette commémoration, « un don d’intrants pour la prise en charge gratuite de consultation prénatale et de planification familiale au profit d’au moins 200 femmes et filles de la préfecture du Moyen-Mono est en cours de convoyage à destination du CHP de Tohoun. Des sensibilisations sur la lutte contre la fistule obstétricale, sont également en cours sur toute l’étendue du territoire national avec un accent particulier sur les régions centrales et des savanes. L’activité se mène avec l’expertise de l’ONG SSD. Le but est de combattre la stigmatisation et les pesanteurs socioculturelles ainsi que les fausses croyances sur cette maladie et d’identifier d’éventuelle patientes. Enfin, sont en cours de préparation, des ateliers de renforcement de capacités opérationnelles, de gestion et de leadership des groupements agricoles féminins avec l’appui financier de l’UNFPA ».

La cérémonie a été rehaussée par la présence de plusieurs personnalités dont la présidente de la récente transition en Centrafrique, Mme Catherine Samba-Panza et la Coordinatrice résidente du système des Nations Unies au Togo, Mme Khardiata Lo N’Diaye.

La ministre Tchabinndi Kolani-Yentcharé entouré de Catherine Samba-Panza et Victoire Tomegah Dogbe, à gauche ; et de Khardiata Lo N’Diaye et Souzane Aho, à droite
Mme Catherine Samba-Panza et la Coordinatrice résidente du système des Nations Unies au Togo, Mme Khardiata Lo N’Diaye.

Notons que la journée du 31 juillet, instituée en l’honneur des femmes africaines, est consacrée d’une part, à la lutte contre l’ignorance, l’injustice et d’autre part, à la réhabilitation de la femme dans sa dignité.

A propos de l'auteur

Ghislain A.-K.

Jeune journaliste, il est un rédacteur du site d’informations pa-lunion.com

Du même auteur

Soutenir par un don