Flash
27.06.2016 Football / Togo : 2 ans de prison ferme requis contre le sélectionneur Claude Le Roy, dans une affaire de transferts frauduleux (Agence ivoirienne de presse) (Agence ivoirienne de presse)
23.06.2016 Coopération germano-togolaise : Annette Rathjen a cédé, ce 22 juin, à Makus Wagner, sa place à la tête de la Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ) au Togo. Cet organe est l’agence de coopération internationale allemande pour le développement.
21.06.2016 Santé : L’institut national d’hygiène dispose désormais d’un laboratoire de virologie. D’un montant de 492.900 dollars soit environ 200 millions de francs CFA, le centre a été inauguré le 17 juin dernier. il s’agit d’un don des États-Unis au Togo qui permettra de détecter à temps et sur place les maladies virales.
17.06.2016 A quand la réconciliation au Togo ? Les Etats-Unis donnent « un coup de pousse »
17.06.2016 Togo-BAD : Main dans la main pour relever l’agriculture et pour un taux de croissance à deux chiffres
01.06.2016 Duel Togo - Liberia : Jonathan Ayité souffrant d’une élongation aux adducteurs ne disputera pas, le 05 juin prochain, le match contre le Liberia comptant pour la 5ème journée des éliminatoires de la CAN Gabon 2017 .
01.06.2016 Sports : Selon le Comité national olympique togolais, CNOT, le Togo pourra être représenté aux Jeux olympiques d’Eté 2016 qui se tiennent à Rio de Janeiro (Brésil) du 05 au 21 août prochains par cinq athlètes au moins. Feront partie de la course aux médailles à Rio, Prénam Pesse, Emeric Kpegba (natation, 50 m nage libre), (athlétisme 100 m), Fabrice Kokoutse (Athlétisme 200 m), Rebecca Adzo Kpossi (natation, 50 m nage libre) et Claire Akossiwa Ayivon (aviron). D’autres athlètes pourraient se joindre à eux prochainement .

Exploitation anarchique du sable de mer

L’Ong EDI se rebelle

L’ONG Environnement et Développement International (EDI) dit non à l’exploitation anarchique du sable de mer. Pour attirer l’attention des autorités togolaises sur le danger de cette exploitation, les membres de cette Ong et son Président, Tinos Class étaient à la Plage pour une démonstration de « force » contre les camions de chargement du sable fin de mer. Vêtus de T-shirts blancs sur lesquels on peut lire au dos « Halte à la dégradation de nos plages », des groupes de jeunes postés formaient des haies pour empêcher les camions d’extraction de sable de mer d’accéder à la plage.

L’idée est simple. Investir les principaux sites d’extraction et y mener des actions allant de l’affichage de banderoles dissuasives au sit-in en passant par la formation de bouclier humain pour empêcher la poursuite de ces travaux qui, selon le président de EDI, M. Tinos Class « dégradent la plage, accélèrent la montée des eaux et favorisent l’érosion côtière ». « La proximité des maisons d’habitation, des hôtels et du Grand marché doit nous faire craindre le pire. Cette situation ne favorise pas l’essor du tourisme et retarde ainsi le développement du pays  » a expliqué à la presse le président de EDI.

M. Tinos Class d’un doigt accusateur brague les membres du gouvernement qui sont, selon lui sont les premiers de cette situation. L’argument développé est que, ceux-ci ne font rien pour faire respecter la loi portant interdiction d’extraction de sables sur les côtes des plages togolaises.

« Les entreprises étrangères notamment chinoises qui viennent construire les routes au Togo se doivent d’aller trouver leur sable ailleurs que sur la plage de Lomé. Il y a des pays de la sous- région qui n’ont pas de plage mais qui ont construit de magnifiques routes alors pourquoi pas nous ? Les autorités togolaises se rendent complices en feignant de ne rien voir. Nous leur avons envoyé de nombreux courriers pour dénoncer cette situation mais elles n’ont pas pris la peine de répondre. Donc elles sont au courant mais ne veulent rien faire » s’est indigné M. Class.

EDI appelle à une mobilisation plus forte des populations pour définitivement enrayer le phénomène. « Nous serons là tous les jours jusqu’à ce que les travaux cessent. Nous ne nous arrêterons pas là, nous allons engager des avocats pour poursuivre les entreprises qui ont dégradé notre plage afin qu’elles réparent les dégâts  » avertit le président de Tinos Class et ses membres.

A propos de l'auteur

Late Pater

Il est rédacteur au journal L’Union pour la Patrie et au site web Pa-lunion.com

Du même auteur