Flash
19.09.2016 Sports/ Maracana : Les deux équipes nationales de Maracana (senior et vétéran) partent ce 19 septembre de Ouagadougou bredouille. Le Togo, confiant en début de compétition a perdu son trophée de champion au niveau des vétérans, au détriment de la Côte-d’ivoire qui s’offre un doublé étant championne au niveau des seniors. La CAN de Maracana s’est déroulée du 15 au 19 septembre au Burkina Faso.
12.09.2016 Sports : Les jeux paralympiques qui promeuvent les personnes souffrant d’un handicap se déroulent de ce 07 au 18 septembre à Rio. Ceci après les jeux olympiques. Le Togo y sera représenté par Bawa Ali en haltérophilie. 116 pays prendront part à cette compétition. Les Russes éliminés d’emblée pour dopage organiseront en parallèle ces jeux dans leur pays.
31.08.2016 Fait divers : Un véhicule a pris feu, ce 26 août, devant le commissariat de police du 9ème arrondissement non loin du quartier Adidogomé. Les circonstances de cette incendie restent encore floues. Aucune perte humaine n’est à signalée.
31.08.2016 Finances : 48 milliards de FCFA, c’est le montant du chiffre d’affaires des compagnies d’assurance en 2015 au Togo, selon Financial Afrik. La contribution fiscale du secteur serait chiffré à plus d’un milliard.
24.08.2016 Bons résultats économiques : Deux ans après sa création, l’Office Togolais des Recettes (OTR) affiche des résultats positifs. Selon les responsables de l’institution, les recettes fiscales ont accru au cours de leur gestion. Entre 2014 et 2015, les recouvrements ont augmenté, atteignant une estimation de plus de 12%. Depuis janvier 2016, les recettes sont également en hausse de plus de 32% en comparaison aux années précédentes.
11.08.2016 JO : Clarisse Agbenyenou, togolaise d’origine, a offert une médaille d’argent à la France pour le compte des Jeux Olympiques de Rio. Ceci suite à sa finale perdue en judo (catégorie des moins de 63 kg) face à une Slovène.
11.08.2016 Football féminin : La deuxième édition du tournoi dénommé Trophée CECAM est lancée. Ce deuxième acte, contrairement au premier, se jouera à Lomé et à Sokodé et sera donc répartie en deux zones. Une super coupe se jouera entre les finalistes des deux pôles. La compétition démarre le 21 août dans la zone sud et le 27 août dans le nord.

Exploitation anarchique du sable de mer

L’Ong EDI se rebelle

L’ONG Environnement et Développement International (EDI) dit non à l’exploitation anarchique du sable de mer. Pour attirer l’attention des autorités togolaises sur le danger de cette exploitation, les membres de cette Ong et son Président, Tinos Class étaient à la Plage pour une démonstration de « force » contre les camions de chargement du sable fin de mer. Vêtus de T-shirts blancs sur lesquels on peut lire au dos « Halte à la dégradation de nos plages », des groupes de jeunes postés formaient des haies pour empêcher les camions d’extraction de sable de mer d’accéder à la plage.

L’idée est simple. Investir les principaux sites d’extraction et y mener des actions allant de l’affichage de banderoles dissuasives au sit-in en passant par la formation de bouclier humain pour empêcher la poursuite de ces travaux qui, selon le président de EDI, M. Tinos Class « dégradent la plage, accélèrent la montée des eaux et favorisent l’érosion côtière ». « La proximité des maisons d’habitation, des hôtels et du Grand marché doit nous faire craindre le pire. Cette situation ne favorise pas l’essor du tourisme et retarde ainsi le développement du pays  » a expliqué à la presse le président de EDI.

M. Tinos Class d’un doigt accusateur brague les membres du gouvernement qui sont, selon lui sont les premiers de cette situation. L’argument développé est que, ceux-ci ne font rien pour faire respecter la loi portant interdiction d’extraction de sables sur les côtes des plages togolaises.

« Les entreprises étrangères notamment chinoises qui viennent construire les routes au Togo se doivent d’aller trouver leur sable ailleurs que sur la plage de Lomé. Il y a des pays de la sous- région qui n’ont pas de plage mais qui ont construit de magnifiques routes alors pourquoi pas nous ? Les autorités togolaises se rendent complices en feignant de ne rien voir. Nous leur avons envoyé de nombreux courriers pour dénoncer cette situation mais elles n’ont pas pris la peine de répondre. Donc elles sont au courant mais ne veulent rien faire » s’est indigné M. Class.

EDI appelle à une mobilisation plus forte des populations pour définitivement enrayer le phénomène. « Nous serons là tous les jours jusqu’à ce que les travaux cessent. Nous ne nous arrêterons pas là, nous allons engager des avocats pour poursuivre les entreprises qui ont dégradé notre plage afin qu’elles réparent les dégâts  » avertit le président de Tinos Class et ses membres.

A propos de l'auteur

Late Pater

Il est rédacteur au journal L’Union pour la Patrie et au site web Pa-lunion.com

Du même auteur