Compétitivité du coton togolais

L’ITRA donne des pistes...pour un meilleur rendement

La problématique de la relance de la productivité du coton intéresse les acteurs de la filière. La Nouvelle Société Cotonnière du Togo (NSCT), de la Fédération Nationale des Groupements de Producteurs de Coton (FNGPC) et de l’Institut Togolais de Recherche Agronomique (ITRA) mènent les réflexions.

Le rendement de la dernière saison 2017-2018 est estimé autour de 780 k/ha. La NSCT vise 1000 à 1200 Kg / ha.

Une récente réunion leur a permis d’explorer les nouvelles perspectives d‘utilisation des bio fertilisants ; d’examiner la question de la variété de coton utilisée et celle de la qualité de la semence ; de revisiter l’itinéraire technique vulgarisé, d’en mesurer la perception par les producteurs et de tirer les leçons (densité de plants, dose et mode d’épandage des engrais), de discuter de la qualité des intrants utilisés dans la production cotonnière et d’évaluer la contribution de l’utilisation des magasins UGPC pour l’appui à la production cotonnière.

Pour booster le secteur et avoir un meilleur rendement, les techniciens de l’ITRA ont proposé que s’il faut aller à une tonne et au-delà, l’une des premières actions à entreprendre en dehors de tout ce qui est itinéraire technique, c’est d’amener la matière organique au sol plus la dose d’engrais chimique recommandée. Ils ont ajouté que le problème de rendement ne pourra être réglé que si le paysan a semé à la bonne date, il a fait la bonne densité, fait l’entretien de façon optimale, il a fait les 5 ou 6 traitements recommandés selon la zone agro écologique, fait les récoltes échelonnées pour conserver la qualité. En dehors de tout ce qui précède, ce qui reste à faire c’est d’améliorer la matière organique dans le sol.

Le ministre de l’Agriculture, de la Production animale et Halieutique, Koutera Noël Bataka, a indiqué que la réflexion devrait se porter aussi sur de nouveaux paradigmes, notamment le Mécanisme Incitatif de Financement Agricole (MIFA) qui est proposé aujourd’hui aux agriculteurs comme un instrument privilégié à utiliser pour améliorer les rendements au niveau de la filière ; créer des emplois et amener les producteurs à gagner plus décemment dans la filière cotonnière.

La production national en 2017-2018 est estimée 117 000 T . Le Togo vise une production de 200 000 T en 2022.

A propos de l'auteur

Du même auteur