Composition du CNSD

L’ANC fait une proposition contradictoire

Publiée il y a quelques jours pour faire avancer le processus de décentralisation en vue des élections locales, les premières depuis 30 ans, la composition du Conseil national de suivi de la décentralisation (CNSD) pose déjà problème.

Dans un courrier adressé ce mardi au ministre de l’Administration territoriale, de la décentralisation et des collectivités locales, Payadowa Boukpessi, l’Alliance nationale pour le changement (ANC) demande que ce conseil soit recomposé.

Le parti de Jean-Pierre Fabre reproche à la première composition un déséquilibre « excessif », ce qui, indique le courrier, va porter un coup à toute relation de confiance entre la majorité et l’opposition.

Et pour cause, l’ANC fait savoir que la quasi-totalité des membres du CNSD sont du parti au pouvoir.

« Par conséquent, il conviendrait qu’en plus de ses députés, l’opposition parlementaire soit habilitée à désigner des représentants non députés et ayant, de préférence, une expertise en matière de décentralisation, ce qui contribuera à élever le débat sur la décentralisation au Togo », lit-on.

L’ANC veut également que le nombre de députés représentant l’opposition au sein de ce comité doit être porté de 8 à 9 parce que, soutient-on du côté du parti auteur du courrier, « la désignation par l’Assemblée nationale de représentants dans une structure nationale doit se faire sur une base rigoureusement paritaire ».

L’ANC voudrait aussi voir son leader être membre du CNSD en tant que chef de file de l’opposition et non en tant que député. « Il peut ne pas être un député », argumente-t-on.

La dernière chose importante pour l’ANC, c’est la prise en compte des cinq (5) réseaux régionaux d’ONG et associations de développement du pays, bien imprégnés des questions de décentralisation.

A propos de l'auteur

Du même auteur

Soutenir par un don