Affaires des incendies des marchés de Lomé et de Kara

L’ANC et le CST tentent de se disculper

Le président de l’Alliance nationale pour le changement (ANC) et chef de file de l’opposition togolaise, Jean-Pierre Fabre, et le président du Collectif Sauvons le Togo (CST), Me Zeus Messan Ajavon, ont animé,ce mercredi, à Lomé, une conférence de presse commune pour donner leur appréciation sur l’ordonnance définitive rendue, il y a quelques jours, par le Doyen des juges d’instruction dans l’affaire des incendies des marchés de Lomé et de Kara.

« Les dirigeants et les militants de l’ANC et du CST n’ont rien à voir avec les incendies des marchés de Kara et de Lomé », ont clamé, ce mercredi Jean-Pierre Fabre et Zeus Ajavon. Cette réaction fait suite à une ordonnance définitive rendue publique par le juge d’instruction pour clôturer l’instruction de cette affaire des incendies et envoie à la Cour d’assises une vingtaine de personnes dont trois (3) députés.

Toute cette affaire est une chasse aux sorcières, selon les deux responsables. « Il ne s’agit ni plus ni moins que d’une machination abominable, échafaudée dans le seul but d’éliminer un adversaire politique sérieux, en l’occurrence le leader de l’ANC, en travestissant les faits, en maquillant la réalité », a insisté M. Fabre.

L’ordonnance de règlement du Doyen des juges d’instruction est « un tissu d’incohérences et d’incongruités ne résistant à aucune analyse sérieuse. Toutes les allégations mentionnées sont cousues de fil blanc », ont-ils affirmé.

L’absence de la mention du rapport des experts de la police scientifique française et qui a établi que le combustible utilisé pour ces incendies est le kérosène qui, selon les deux responsables ne sont pas accessibles aux personnes mises en cause ; la manière précipitée dont le site du grand marché de Lomé a été rasé aux fins de « faire disparaître les indices » ; la non prise en compte du mémorandum publié par le CST après le drame ; telles sont les principales reproches que font M. Fabre et Me Ajavon à ladite ordonnance.

Les deux responsables réclament la libération des militants et dirigeants des partis d’opposition encore en détention, la levée des inculpations, le libre retour des personnes exilées dans cette affaire, la prise en charge médicale et psychologique ainsi que le dédommagement des commerçants victimes de ces incendies et l’ouverture d’une enquête indépendante pour établir la vérité sur cette affaire.

A propos de l'auteur

Ghislain A.-K.

Jeune journaliste, il est un rédacteur du site d’informations pa-lunion.com

Du même auteur

Soutenir par un don