Ratification de la Charte de Lomé

L’ANC donne son onction

La Charte africaine sur la sécurité et la sûreté maritimes et le développement en Afrique, dite « Charte de Lomé », a été ratifiée ce vendredi au cours de la 10ème séance plénière de la 2ème session ordinaire de l’année 2016.

Cette formalité a été faite à l’unanimité de tous les députés présents, notamment du groupe parlementaire de l’Alliance nationale pour le changement (ANC). C’est en présence du ministre des Affaires étrangères, de la coopération et de l’intégration africaine, Pr Robert Dussey.

L’ANC, pour rappel, n’a jamais été d’accord pour l’organisation du sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine (UA) sur la sécurité et la sûreté maritimes et le développement en Afrique qui a donné naissance à la « charte de Lomé ».

Cependant, pour la présidente du groupe parlementaire ANC, Me Isabelle Manavi Améganvi, il ne fait aucun doute que les objectifs fixés par la charte africaine sont « nobles » et « louables ».

« Des Togolais se poseront la question de savoir pourquoi l’ANC n’a pas participé à l’organisation du sommet qui a abouti à la signature de cette charte à Lomé en octobre dernier. Eh bien, c’est parce que nous regrettons que les coûts engloutis pour l’organisation de ce sommet n’aient pas plutôt servi au règlement de nos innombrables problèmes nationaux, sociaux et économiques internes. Mais nous restons persuadés des objectifs nobles de cette charte, c’est pour cela que le groupe parlementaire ANC donnera son onction à la ratification de la charte africaine sur la sécurité et la sûreté maritimes et le développement durable en Afrique », a lancé la responsable du groupe parlementaire ANC.

« En votant pour la ratification de ce texte, vous offrez l’occasion à notre pays de jouer pleinement son rôle dans le cadre d’une gouvernance maritime harmonieuse et efficace au niveau continental », s’est réjoui le ministre Dussey.

Le Togo est le premier pays africain à avoir ratifié Charte africaine sur la sécurité et la sûreté maritimes et le développement en Afrique.

A propos de l'auteur

Du même auteur

Soutenir par un don