Au Lycée de Tokoin 2 à Lomé

KODJO CASSE LA GUEULE A SON PROF DE SPORT

Le vendredi 17 janvier dans la matinée, un élève et son professeur du lycée de Tokoin 2 ont confondu la cour de l’école à un tatami. Les deux ‘’se sont bien rentrés dedans’’. Chacun est rentré à la maison avec des cicatrices sur la figure.

Arrivé à l’école après 7 heures, l’élève Kodjo, en classe de première D au lycée de Tokoin 2, ne pouvait plus rentrer dans la salle de cours, parce qu’il était en retard.

Le professeur qui dispensait les cours à cette heure ne badine pas avec les fiches d’entrée. Selon ses principes, quiconque arrive en retard est obligé de passer à la surveillance pour retirer une fiche d’entrée.
La fiche d’entrée ne se donne pas aussi facilement au Lycée de Tokoin 2, car l’élève retardataire est puni par l’exécution de quelques travaux que le surveillant lui inflige avant de retirer sa fiche d’entrée. 

Un peu élancé, 25 ans dépassé (en voyant sa corpulence), l’élève Kodjo, connaissant bien la rigueur de son professeur, et ce qui l’attendait à la surveillance, a préféré se retirer dans un coin de l’école attendant la sortie de son prof.

Quelques minutes après, son professeur de sport, de passage le sermonne pour son retard et lui ordonne de rentrer en classe. Kodjo ne s’exécute pas et répond à son professeur : « Je ne peux pas rentrer en classe parce que je suis en retard, en plus il y a un professeur dans la salle, il exige la fiche d’entrée ». Suite à l’insistance du prof et la réticence de Kodjo, le ton s’est élevé et les mains ont parlé.

Au cours de leurs altercations, le prof de sport frappe son élève au visage à l’aide de sa main avec une clé et tout ce qui qui s’y trouvait.
L’élève sentit des égratignures sur le visage. Et sous le coup de la colère, il assène un cou sur la figure de son professeur.

De leurs rugissements, tout l’établissement est ameuté. Elèves et professeurs sont accourus pour les séparer.

Après cet événement malheureux, le temps de trancher. Les élèves et professeurs sont divisés sur la sanction à infliger à Kodjo. D’un coté, les professeurs soutiennent leur collègue et demandent l’exclusion de Kodjo, tandis que les élèves optent pour un règlement à l’amiable. L’argumentaire est que le prof était tenu de punir légalement son élève par les voies légales et non lui asséner un coup au visage.

Pour l’heure aucune décision n’a été prise et tout le monde attend la sentence de la direction.

A propos de l'auteur

Du même auteur

Soutenir par un don