Réformes institutionnelles et constitutionnelles

Jean-Pierre Fabre veut faire changer d’avis à Faure Gnassingbé

Par courrier N° 17-002/ANC/ PN-SG, le président national de l’Alliance nationale pour le changement, ANC, M. Jean-Pierre Fabre, a saisi le Président de la République pour lui faire part de son mécontement dans la nomination des membres de la Commission des réformes constitutionnelles et instituitionnelles.
« Le mardi 03 janvier 2017, le gouvernement a rendu publique, par un communiqué du Conseil des Ministres, la liste des membres d’une Commission nationale de réflexion sur les réformes institutionnelles et constitutionnelles, dont la Présidente, Mme Awa Nana Daboya, est nommée depuis deux ans. » a introduit le patron de l’ANC avant de donner les raisons de sa désapprobation d’une telle démarche.
« La mise en place de cette commission, après onze ans de dilatoire, traduit une volonté manifeste de saborder l’Accord Politique Global (APG), signé par toutes les forces politiques en août 2006, pour mettre fin à la crise qui mine notre pays depuis des décennies. » a-t-il avancé.
Selon lui, le pouvoir en place est le seul responsable de la « situation de crise » que traverse le pays depuis des décennies. Ainsi, il est inadmissible que le gouvernement en place cherche à opérer seul les réformes.
C’est cette perspective, pour que la commission mise en place soit démontée, qu’il demande à rencontrer le Chef de l’Etat, Faure Gnassingbé pour en discuter de vives voix, selon l’article 15 de la loi portant statut de l’opposition.

A propos de l'auteur

Late Pater

Il est rédacteur au journal L’Union pour la Patrie et au site web Pa-lunion.com

Du même auteur

Soutenir par un don