Législatives en France

Jean-Daniel Chaoui en campagne en Afrique de l’Ouest

Dans une interview accordée à nos confrères de Savoir News, Jean-Daniel Chaoui, candidat du PS, était à Lomé, à Cotonou et au Ghana pour rencontrer son électorat hors du pays.
Originaire de Charente Maritime, Jean-Daniel Chaoui est le candidat investi par le parti socialiste aux prochaines législatives en France. Il représente les .français de l’étranger dans la dixième circonscription électorale des français de l’étranger qui regroupe 48 pays dont le Togo. Cette circonscription élira pour les prochaines législatives 11 députés. De passage au Togo où il a rencontré ses compatriotes à Lomé, M.Chaoui s’est confié à l’Agence Savoir News.

Savoir News  : Vous êtes candidat aux élections législatives des députés de l’étranger. Présentez-vous à nos lecteurs.

Jean-Daniel Chaoui : Je suis Jean-Daniel Chaoui de nationalité française. Je suis né en juin 1947, je suis originaire de Charente Maritime. J’ai été désigné par mon parti, le parti socialiste, pour représenter les français de l’étranger dans la dixième circonscription électorale des français de l’étranger qui regroupe 48 pays dont le Togo. C’est d’ailleurs ce qui m’amène au Togo. Je vais à la rencontre des compatriotes qui sont dans les 48 pays. Je suis déjà élu représentant des français de l’étranger, mais pas dans cette région, dans la région de l’Océan indien, puisque je réside à Antananarivo (Madagascar) depuis septembre 2003. 

Qu’est ce qui motive votre candidature ? 

Je suis engagé dans l’action associative et politique depuis 20 ans. Donc je suis toujours intéressé à toutes les questions liées à l’amélioration des quotidiens des français à l’étranger, parce que moi-même je vis à l’étranger. Je suis toujours engagé dans le domaine naturellement, quand il y a la possibilité d’aller plus loin pour défendre les intérêts des français de l’étranger à l’Assemblée nationale. C’est cela qui m’a tout de suite intéressé. Vous savez, pour le français à l’étranger, le député est important. Le français de l’étranger n’a pas les mêmes difficultés qu’un parisien à Marseille et ailleurs. On a une vie qui est complètement différente, car les besoins sont différents. Je suis un français de l’étranger, je connais bien cette situation. Je crois que, je suis tout à fait capable de mener à bien mon projet : défendre les français de l’étranger.
 

La 10e circonscription électorale des français de l’étranger regroupe 48 pays dont le Togo. Cette circonscription élira pour ces législatives, 11 députés. Comment menez-vous votre campagne pour décrocher votre siège ?
 Il faut dire un mot sur les circonscriptions. En fait, c’est le monde entier, en dehors de la France, le territoire français, le département d’Outre Mer ... qui sont découpés en 11 parties. Il y a certaines circonscriptions qui sont cohérentes. La cohérence géographique, c’est important et il y en a d’autres qui sont le moins. Malheureusement, ma circonscription est moins cohérente de la plupart des autres. 

Vous étiez également au Bénin et au Ghana. Quel est souvent votre message lorsque vous vous présentez devant vos compatriotes ? Et qu’est ce qu’ils vous disent exactement ?

Je les écoute et je leur parle de mon projet. La démarche n’est pas la même chose partout, puisque les préoccupations ne sont pas les mêmes. Par exemple au Ghana, les préoccupations sont différentes. Ce qui les préoccupe, c’est l’école qui est un enjeu extrêmement important pour eux. Le Lycée, le problème de santé, l’environnement, le consulat, l’Ambassade, l’aide sociale etc. En ce moment, avec la politique qui est menée par le gouvernement, l’école est de plus en plus en difficulté, puisqu’au niveau des enseignants, il n y a plus possibilité de faire des emprunts. L’aide sociale est extrêmement réduite. Au niveau du consulat, il y a des difficultés pour faire les papiers etc.

Ma démarche est celle d’un élu proche des communautés françaises à l’étranger. Notre situation actuelle présente d’importantes lacunes dans le domaine de la scolarisation de nos enfants, de la capacité de servir des Consulats qui sont notre mairie, dans le domaine de l’environnement social et de santé en direction de nos populations les plus fragiles. Tout cela doit être revisité. Mon souci principal sera de faire progresser la prise en compte des Français de l’étranger par la communauté nationale, vers une intégration naturelle avec la création d’une collectivité outre-frontière.

A propos de l'auteur

Late Pater

Il est rédacteur au journal L’Union pour la Patrie et au site web Pa-lunion.com

Du même auteur