Foire internationale de Lomé

Industrialisation de l’Afrique couplée des 50 ans de l’ONUDI

La journée de l’industrialisation de l’Afrique couplée du jubilé d’or de l’Organisation des Nations Unies pour le Développement Industriel (ONUDI) a été célébrée ce mercredi sur le site du Centre Togolais des Expositions et Foires (CETEF) à Lomé placée sous le thème : « Financement de la troisième décennie du développement industriel de l’Afrique : défit et stratégie gagnante ».

Les travaux de cette journée ont été présidés par Mme Bernadette Légzim-Balouki, ministre du commerce, de la promotion du secteur privé et du tourisme en présence du Docteur Lucile IMBOUA Représentant de l’OMS au Togo et de M. Lonlon Komlan Locoh directeur par intérim de l’ONUDI.

« Pour que l’Afrique devienne un continent prospère avec une croissance inclusive et durable, l’accent devrait être mis sur la mobilisation de financements public et privé pour un impact plus important. La clé pour une transformation financière et structurelle de l’économie en Afrique réside dans le développement industriel, comme en témoigne fortement l’Agenda 2063 de l’Union Africaine », a indiqué M. Locoh.

Le thème de cette année, selon lui, est d’une pertinence particulière notamment dans le contexte actuel où les pays africains doivent mobiliser davantage de financement national et international, afin d’accélérer leur cheminement vers la prospérité et l’éradication de la pauvreté.

Mme Legzim-Balouki a pour sa part souligné que le thème retenu traduit une préoccupation majeure du Système des Nations Unies, celle de faire de l’industrie le moteur de développement des pays africains.

« Le nouveau pari de la décennie sera gagné si chacun des acteurs joue convenablement sa partition parce que beaucoup reste à faire. C’est pourquoi nous nous inscrivons dans la logique du système des nations unies de dédier les dix (10) prochaines années à la recherche de financement à l’industrie. Le gouvernement sous la houlette de son président ne ménagera aucun effort à cet effet », a-t-elle ajouté.

Quatre panels ont donc faits objets de débats : l’éligibilité des entreprises au schéma de libéralisation des échanges de la CEDEAO, le financement des PME/PMI au Togo : Etat des lieux et perspectives, accélérer la production pharmaceutique locale pour mettre fin au SIDA d’ici 2030 et la contribution du Système des Nations Unies (SNU).

A propos de l'auteur

Du même auteur

Soutenir par un don