Gerry Taama, Président du NET

Gerry Taama, président du Net : « la vie ne se résume pas à Lomé »


L’une des préoccupations des premiers responsables du Nouvel Engagement Togolais (NET), de Gerry Taama, c’est comment faire pour étendre le parti dans les coins les plus reculés du Togo à partir de Lomé.
Le parti de l’ex-officier des Forces armées togolaises, Fat, peut déjà s’en réjouir. En effet, le samedi 14 Juillet 2012, les responsables de ce parti étaient dans la préfecture de Yoto à Tabligo où ils ont tenu un meeting suivi de la présentation officielle du bureau fédéral de 07 personnes. Les cérémonies se sont déroulées dans les locaux de l’Auberge de la Mairie en présence de nombreuses populations sorties pour écouter le message du parti.
A l’issu de ces activités, pa-lunion.com a profité de l’occasion pour tendre son micro à Gerry Taama qui a répondu, volontiers, à nos préoccupations liées à l’actualité nationale.
pa-lunion.com : Vous étiez devant les populations de Tabligbo ce samedi, quel est le message que vous leur avez apporté ?
Gerry Taama : Notre message aux populations, c’est que le développement doit être d’abord endogène, c’est-à-dire qu’il faut avant tout compter sur nos potentialités, nos énergies, nos capacités avant de penser à changer tout le Togo, et c’est le principal message que nous avons apporté à cette population de Yoto, une population meurtrie. Vous imaginez, une localité qui a autant de structures, d’atouts, de potentiels économiques et quand vous rentrez dans cette ville, c’est de la mer à boire.
C’est déjà la mobilisation en vue des prochaines législatives ?
Oui bien sûr. Vous savez, le NET ne cache pas son ambition de se présenter aux élections législatives. Mais, aujourd’hui, le principal message, c’est de montrer à la population de Yoto, le bureau fédéral pour leur dire que, c’est ce bureau qui travaille sur le terrain et qui va peut-être nous permettre aujourd’hui de présenter dans trois ou quatre mois un candidat dans le Yoto.
Le NET par rapport au Collectif « Sauvons le Togo »...
Le NET par rapport au CST, vous voyez un peu la différence, c’est-à-dire que nous sommes aujourd’hui dans une approche participative de base, c’est très important, parce que la vie ne se résume pas à Lomé. Il est très intéressant qu’on dise aux autres populations de l’intérieur du pays, qu’est ce qui se passe dans le pays et ensuite, quelle est la réponse que les acteurs politiques y compris nous, nous apportons.


Donc vous n’êtes pas dans la démarche du CST ?
Le NET a déjà une position qui est très simple, c’est que le CST est un excellent moyen de pression, il est de l’opposition. Une bonne partie des activités de l’opposition s’y retrouve. Mais la démarche du NET dit, il faut ramener l’objet politique aux politiciens.
Aujourd’hui, la seule différence où nous ne sommes pas particulièrement d’accord avec le CST, on dit que, les partis politiques qui sont dans le collectif, peut-être organisent une alliance avec les autres partis pour présenter un front commun et pour présenter des propositions qui sont d’ordre politique devant le gouvernement et ensuite faire du lobbying tout autour pour contraindre le gouvernement à ouvrir le débat dans la sincérité, dans la concordance.
Un gouvernement en gestation et les consultations ont démarré, le NET y prendra-t-il part ?
Pour prendre part à un gouvernement, il faut avoir un argument électoral, on n’a pas d’argument électoral, on ne peut pas aller dans un gouvernement, on a aucun poids. Nous aujourd’hui, on n’est dans la phase d’extension de notre base, le gouvernement ne nous intéresse pas. On veut d’abord avoir une base électorale et ensuite, on verra ce qu’on peut proposer etc.

Gerry Taama, merci !

C’est moi !

A propos de l'auteur

Late Pater

Il est rédacteur au journal L’Union pour la Patrie et au site web Pa-lunion.com

Du même auteur

Soutenir par un don