Libération des prévenus des incendies de Lomé et de Kara

Et les autres ?

Dans le cadre de l’affaire des incendies criminels des grands marchés de Kara et de Lomé, M. Hervé Sénou, incarcéré à la prison civile de Lomé après trois (3) années passées dans la même affaire, depuis janvier 2013, a été libéré.

Face à cette libération, le Mouvement Martin Luther King (MMLK), la « Voix des sans voix », une association de défense des droits de l’homme se réjouit de la libération de l’inculé et demande à la justice togolaise de situer le peuple togolais sur le sort des autres personnes.

Le MMLK fait savoir que sept (7) personnes seraient encore en prison dans cette affaire et « végètent toujours dans les autres prisons du Togo ».

« Certains ont été relâchés mais sept sont encore maintenus en détention. Le MMLK s’inquièterait de cette longue détention préventive de plus de 3 ans », indique le communiqué du mouvement présidé par le pasteur Edoh Komi.

Plus de trois (3) ans après la survenue de ces incendies qui, selon les enquêtes commandités par le gouvernement, sont d’une source criminelle, plusieurs personnes citées ont vu leur inculpation annulée.

Le Collectif « Sauvons le Togo » (CST), un regroupement de partis politiques de l’opposition, d’organisations de défense des droits de l’homme et d’association de la société civile, a été doigté. Une contre enquête avait été commanditée par ce regroupement dont les résultats rendus publics ont pointé du doigt plusieurs personnalités civiles et militaires proches du pouvoir en place.

Incendiés respectivement dans les nuit du 9 au 10 janvier 2013 et du 11 au 12 janvier 2013, les grands marchés de Kara et de Lomé sont partis en fumée, ce qui a coûté des milliards de perte pour les commerçants.

A propos de l'auteur

Du même auteur

Soutenir par un don