Les parutions de ce 02 mars 2017

Et le syndicat de la presse naquit !

Les journaux parus ce jeudi sont tous revenus sur les incidents engendrés par la hausse des prix des prix des produits pétroliers le 28 février.

Depuis mardi dernier, sont observés sur l’ensemble du territoire de nouveaux prix pour les produits pétroliers. Une hausse qui a énervé plus d’un et qui a amené quelques conducteurs de taxi et taxi-moto à manifester mardi dans la capitale togolaise. Bilan des échauffourées entre manifestants et forces de l’ordre : un mort, plusieurs blessés et dégâts matériels. La presse ce jeudi, semble dans sa majorité s’insurger contre les actions posées dans les deux camps.

Actu Express informe, « Répression meurtrière des manifestants contre la hausse des prix du carburant : un mort par balle réelle et plusieurs blessés graves ». « Tirs de gaz lacrymogènes contre jets de pierres : un mort, plusieurs blessés et des dégâts matériels », affirme aussi Le bâtisseur.

Echo du pays renchérit, « Nouvelle hausse des prix du carburant : une décision qui fait jaser ». Les deux journaux reviennent sur le déroulé des manifestations mardi et dénoncent la tournure des événements.

Le Patriote pense, de son côté que ces manifestations constituent « un sérieux avertissement pour le gouvernement ». « Ce soulèvement spontané est un véritable coup d’essai réussi qui, loin d’être pris comme un mouvement d’humeur ou un acte isolé, devrait réveiller le gouvernement de son sommeil. C’est un signe annonciateur de ce qui guette et pourrait arriver à tout moment dans notre pays que certains considèrent par erreur comme une terre stable et en paix ». Le Changement tacle aussi le gouvernement. « Mardi noir à Lomé, un mort et des blessés graves suite à la hausse des prix des produits pétroliers : une mesure qui ressemble à se méprendre à un gangstérisme d’Etat », écrit l’hebdomadaire qui qualifie de « coup de poignard dans le dos des consommateurs », cette hausse des prix.

Pour Flambeau des démocrates, ce n’est que le signe d’un mandat social dur à réaliser pour le régime en place. Le journal écrit « Dans un contexte social marqué par alanguissement, cris de détresse et désespoir de la population, décider d’augmenter le prix du carburant sans aucune mesure d’accompagnement n’est rien d’autre que pure provocation de la part du gouvernement. Autrement, le mandat social de Faure Gnassingbé est plus éprouvant qu’à jamais. »

« Prenant en compte les éventuelles répercussions de cette nouvelle hausse des prix des produits pétroliers sur les autres produits de consommation, le gouvernement doit se sentir sérieusement interpellé à reconsidérer sa décision afin d’apporter une réponse aux cris de détresse des populations », conseille Echo du pays.

Cette porte de sortie ne semble pas être celle que le gouvernement choisit à en croire Warra Les Vainqueurs. L’hebdomadaire écrit « Manifestations conte la nouvelle flambée des prix des produits pétroliers : le gouvernement reste inflexible aux doléances des manifestants ». Mécontentement donc semble-t-il au niveau du journal qui commente « Malgré le fait que l’on déplore un mort et de nombreux blessés, le gouvernement reste toujours droit dans ses bottes et n’entend être contraint à une révision des prix pétroliers. Mais plutôt, il tente de justifier cette hausse par l’augmentation du prix de baril et de la hausse du dollar. Il s’est donc contenté d’un communiqué pour condamner ces actes de vandalisme commis par des manifestants surexcités et à un appel au calme alors que l’ampleur et les conséquences de cette récente manifestation d’humeur nécessitaient une action immédiate allant dans le sens de l’apaisement ». L’hebdomadaire adresse aux manifestants un carton jaune pour leurs actions de « vandalisme » et un rouge aux forces de l’ordre pour « leur bavure ».

La Nouvelle Tribune et Forum de la Semaine annoncent « l’ouverture d’une enquête », pour élucider le mystère autour du décès du manifestant tué par balle. Une enquête ouverte par le parquet, précise les deux journaux. Liberté indique qu’Amnesty International demande aussi « une enquête indépendante et impartiale pour identifier les auteurs » dudit crime.

Golfe info revient sur la base de la nouvelle augmentation des prix des produits pétroliers et propose à ses lecteurs les raisons profondes qui l’ont entraînée. Dans un article titré, « Gestion publique : le Togo, les déficits budgétaires et l’argent du pétrole », le bihebdomadaire affirme que « la volonté de l’Etat togolais de réduire le principe de subvention des produits pétroliers, tout comme les révisions successives à la hausse des prix à la pompe, notée ces derniers mois, tiennent principalement à ses difficultés à réduire des déficits budgétaires affichés depuis 2010 ». Forum de la Semaine précise tout de même que les subventions de l’Etat sont chiffrées à « 2 milliards les deux derniers mois ».

Actu Express réagit aussi sur la question. Faisant un calcul rapide des courts mondiaux, le journal annonce que le prix du baril du pétrole était à « 53,83 dollars, soit 211 FCFA le litre ». Il se questionne alors : « Si le litre du pétrole coûtait 211,5 F le 27 février 2017 sur le marché international, date d’augmentation du prix des produits pétrolier à la pompe, quels sont les frais qui ont faits grever le prix à la pompe à hauteur de 524 FCFA soit la différence de 312,5 FCFA ? »

« Si l’on jette un coup d’œil dans le monde et surtout dans les pays de la sous-région on peut comprendre aisément la réalité des prix des produits pétroliers, qui au fait est dictée par les pays membres et non membres de l’OPEP. Ces pays producteurs de l’or noir ont décidé de réduire leur production du brut et faire remonter le prix du baril. Mais malheureusement cette décision nuit aux pays non producteurs du pétrole comme le Togo », rétorque Chronique de la Semaine qui appelle les uns et les autres à mettre « de l’eau dans leur vin afin de préserver ce précieux acquis qu’on reconnait au Togo et au peuple togolais : la paix ».

A propos de l'auteur

Ghislain A.-K.

Jeune journaliste, il est un rédacteur du site d’informations pa-lunion.com

Du même auteur

Soutenir par un don