Et la Haac se renouvela

Il y a seulement quelques jours que le président de la Haac a été mis en terre après des obsèques nationales à la taille de sa personnalité. Richard Biossey Kokou Tozoun, puisqu’il s’agit de lui, a quitté le monde des vivants pour toujours. Mais, au vu de ses actions, tout le monde s’accorde à dire qu’il n’est que parti. Paix à son âme !

Et bien, quelques jours seulement après son enterrement, les élus du peuple ont été convoqués pour une séance plénière avec comme ordre du jour, l’élection de cinq (05) membres de la Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication, Haac. Le mandat du bureau de l’institution de régulation de la presse que dirigeait le ministre Tozoun jusqu’à sa mort, arrive à son terme en juillet prochain. Selon les prescriptions de la loi organique portant création, organisation et attributions de l’organe national de gestion des médias, les nouveaux membres doivent être élus et nommés un mois avant l’échéance du mandat du bureau sortant : cinq (05) membres élus par l’Assemblée nationale et quatre (04) membres nommés par le Chef de l’Etat.

Ce lundi 02 mai, les députés ont donc fait leur part en procédant à l’élection statutaire des cinq membres pour un mandat de cinq (05) ans. Ainsi, sont élus : Pierre Kossi Kasséré Sabi et Mathias Ayéna, tous deux membres du bureau sortant ; Aminata Alédji Adrou de la Télévision togolaise (TVT) ; Octave Olympio, Président de la CAID Afrique (Cellule d’Appui aux Initiatives de Développement) et Zeus Aziadouvo, Directeur de publication du quotidien privé « Liberté. » Oui, vous avez bien lu. Il s’agit bien du président du Patronat de la presse togolaise, Ppt, membre de l’association SOS Journalistes en danger élu par les députés Unir avec 65 voix sur 65 votants. Qui dit mieux ? C’est la démocratie togolaise qui est en marche.

Evidemment, l’élection de Zeus a surpris tout le monde compte tenu des relations tendues que lui et son journal entretenaient avec le pouvoir de Lomé. Avec la Haac, la tension était au paroxysme. Il invectivait que les membres de l’instance de régulation de la presse étaient aux bottes du régime en place. Et ces derniers le traitaient de tous les noms, surtout d’irrespectueux des institutions de la République.
Aujourd’hui, Zeus devient à part entière membre de la Haac, la même qu’il a toujours combattue dans ses fonctionnement, méthodes de travail et règlement des conflits. Et depuis hier, l’on assiste à un salmigondis de réactions : « Zeus est piégé ! » ; « Zeus va bouleverser les donnes à la Haac » ; « Zeus a un plan derrière la tête » ; « Zeus ne va pas se laisser faire »… Conscient des critiques, l’intéressé donne sa réponse et prépare son point de chute. D’où sa première réaction : « Je demeurerai Zeus. Rien ne changera. Liberté et Calliope seront très forts. Si, arrivé dans la maison, ça ne va pas, je me retirerai », a-t-il déclaré.

Que va penser Kokou Tozoun dans l’au-delà ? Il aurait bien voulu collaborer avec le confrère, le petit frère qui n’acceptait pas répondre à ses convocations. Il lui aurait souhaité la bienvenue dans le remous « HAAChien ! ». Et surtout lui prodiguer de sages et utiles conseils qu’il faut tenir bon, même si ça ne va pas bien dans la maison.

Trèves de supputations ! De toutes les façons, comme le dit l’adage : « on ne répond pas à un appel pour se cacher. »

A propos de l'auteur

Late Pater

Il est rédacteur au journal L’Union pour la Patrie et au site web Pa-lunion.com

Du même auteur

Soutenir par un don