Atelier du second cycle de l’EPU

Enrichir et valider le rapport national sur les Droits de l’Homme

Selon l’agenda adopté par le Conseil des droits de l’homme, le rapport national du Togo au titre du second cycle de l’EPU est attendu le 1er août 2016 et sera examiné au cours de la 26ème session du groupe de travail sur l’EPU qui se tiendra du 31 octobre au 11 novembre 2016.

C’est à travers ces préparatifs qu’un projet du rapport national au titre du second cycle en fin d’élaboration fait l’objet de débat entre cent (cent) différents acteurs impliqués dans ce processus au Togo.

Le présent rapport a pour but d’impliquer les acteurs nationaux à l’enrichissement et la validation du projet du rapport national du Togo au titre du second cycle de l’EPU.
Selon le ministre de la Justice et des relations avec les institutions de la République, M. Pius Agbétomey, le Togo s’est engagé depuis des décennies à faire du respect des droits de l’homme et de la consolidation de la démocratie, un des axes majeurs de sa politique de développement dans la perspective de construire une société épanouie, éprise de paix et de stabilité.

« C’est dans cette dynamique que notre pays a adhéré, sans réserve aux principaux instruments normatifs des Nations Unies sur la promotion et la protection des droits de l’homme ainsi qu’à la grande majorité des conventions régionales en la matière  », a-t-il précisé.

Ce rapport selon lui, est un mécanisme qui permettra d’examiner la situation des droits de l’homme dans les Etats membres de l’OMI.
« Ce présent rapport, tant il était attendu par le département des droits de l’homme parce qu’il est le point de chute d’une marche qui aura duré plus de six mois et nécessité la mobilisation d’importantes et multiformes ressources : il s’agit des assises nationales en vue de la validation du rapport national au titre du second cycle de l’EPU  », a-t-il indiqué.

Pour assurer selon lui, a l’effectivité de la protection des droits de l’homme, l’ONU a, au titre des mesures de vigilance, mis en place, depuis 2006, un mécanisme novateur de veille qu’est l’EPU, pour évaluer la situation des droits de l’homme dans tous ses Etats membres.

Pour le Directeur-Représentant régional de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF), M. Tharcisse Urayeneza, cet appui technique s’inscrit dans le cadre global de l’accompagnement constant que l’OIF assure au Togo, depuis de nombreuses années déjà, pour l’enracinement de la culture démocratique, en général, et pour le respect des droits de l’Homme en particulier.

« L’OIF est convaincue de la volonté politique du Gouvernement et de l’ensemble des acteurs togolais à œuvrer dans ce sens. C’est pour cette raison qu’elle s’est décidée à accompagner cette dynamique positive par la mise à disposition d’une expertise technique qui a appuyé la réalisation du rapport, objet de ces présents travaux de validation  », a-t-il souligné.

Le premier cycle de ce mécanisme a député en 2008 et a permis à fin octobre 2011, d’examiner la situation des droits de l’homme dans les 193 Etats membres de l’ONU.

A propos de l'auteur

Du même auteur

Soutenir par un don