Revue de presse du lundi 13 mars 2017

Crise dans le secteur éducatif : que penser ?

La crise qui secoue le secteur éducatif fait encore parler d’elle dans les colonnes des journaux parus en kiosque ce lundi.

La Symphonie dévoile à sa Une le relevé de conclusion du rapport du Groupe de travail reçu par le PM.
«  Le vendredi dernier, le relevé de conclusions du Groupe de travail a été remis par Gilbert Bawara, ministre de la Fonction publique, du travail et de la réforme administrative au Premier ministre, Komi Sélom Klassou à la primature au cours d’une cérémonie marquée par le présence des ministres et syndicats concernés », informe-t-il.
L’initiative dans sa globalité, poursuit-il, visait le retour au calme dans le secteur, autrement dit la fin des grèves, des cours non faits et considérés comme faits, le déversement des élèves dans les rues avec en prime des actes de vandalisme à travers tout le pays.

Après la remise des travaux, Courier de la République de son côté s’interroge : « Que comprendre et à quoi s’attendre ? ».
« Ce qui est heureux de constater, c’est qu’il y ait eu un cadre au sein duquel un travail a été fait dans un esprit de convivialité entre les émissaires du gouvernement et les autres partenaires du monde de l’éducation », montre-t-il.

Forum de la Semaine va dans le même sens que ces prédécesseurs mais en des termes différents. « Va-t-on vers un dénouement de la crise qui secoue le monde éducatif ? », se demande-t-il tout en ajoutant que le PM promet étudier avec beaucoup d’intérêt et dans un délai record, la question du statut particulier des enseignants.
« Dans le souci de mieux répondre aux exigences particulières de cette noble profession, le gouvernement étudiera avec beaucoup d’intérêt et dans un délai record, la question du statut particulier des enseignants  », promesse du PM relayé par le journal, et d’ajouter, « Nous voulons rassurer que tous le défis et préoccupations ayant fait l’objet des conclusions du Groupe de travail vont être examinés avec la même attention ».

Toujours dans le même sens, Liberté rame à contre courant et annonce une nouvelle semaine de grève et de paralysie dès ce lundi tout en ajoutant qu’une « menace sérieuse sur les examens de fin d’année ».
« Nous, syndicats de base et le Bureau fédéral de la FESEN, appelons tous les membres actifs et sympathisants desdites organisations syndicales à observer une grève de 72 heures à compter du lundi 13 au mercredi 15 mars 2017  », informe le journal dans le mot d’ordre adressé au gouvernement.

S’alignant derrière ces confrères, Le Correcteur fustige : « Devant les urgences de l’heure, le pouvoir opte pour la préparation des sommets de 2017 à Lomé » et se demande si l’on va « vers la fin du cycle Gnassingbé ? ».
« Pour cette année 2017, deux évènements majeurs sont programmés au Togo : le sommet Afrique-Israël que le Togo organise en Octobre prochain à Lomé et le Forum de l’African Growth and Opportunity Act (AGOA) prévu pour la fin d’année. Le constat est patent : lorsqu’il s’agit de trouver des ressources financières pour organiser des rencontres futiles qui n’apportent rien aux citoyens togolais, le gouvernement de Faure Gnassingbé ne lésine pas sur les moyens », précise le journal.

En rubrique santé, La Symphonie revient et parle d’un alerte danger santé publique et met la population togolaise en garde des produits de la Brasserie BB Lomé.
« Le vendredi dernier, deux clients consommateurs se retrouvent à Roméo City, un bar situé à Légbassito, dans la banlieue nord-est de Lomé, pour mouiller le début du week-end. L’un va se faire servir la boisson FLAG. La bouteille ouverte et servie, l’odorat de tous les clients assis dans le bar va être subitement agressé par une odeur pestilentielle. En lieu et place du contenu ordinairement connu de la bouteille FLAG, c’est plutôt un liquide qui ressemble à de l’urine conservée dans une bouteille depuis des jours  », dénonce-t-il.

A propos de l'auteur

Du même auteur

Soutenir par un don