La RDC au ralenti après l’appel à une journée « ville morte »

Circulation inhabituellement fluide sur le boulevard Lumumba à Kinshasa

Beaucoup moins d’embouteillages à Kinshasa et des boutiques fermées... L’opposition avait lancé un appel à une journée « ville morte » ce lundi 3 avril en RDC pour protester contre le blocage du dialogue politique depuis l’accord du 31 décembre. Depuis, toujours pas de nouveau Premier ministre ni de nouveau gouvernement. Lundi, les trois principales villes du pays ont donc tourné au ralenti.

Kinshasa, la capitale congolaise a vu son activité ralentie ce lundi après l’appel de l’opposition à une journée « ville morte ». Mais aussi et c’est plus rare, la deuxième ville du pays, la capitale minière Lubumbashi a vu son activité réduite, surtout en périphérie, dans les quartiers réputés proches de l’opposition.

Parmi les signes qui ne trompent pas, l’absence d’embouteillages dans la capitale. Des rues désertes au centre comme en périphérie. Certaines banques avaient même refusé d’ouvrir. Et à la mi-journée, ce sont plutôt les terrasses de cafés qui commençaient à se remplir pour y boire une bière, comme un dimanche finalement.

A propos de l'auteur

Du même auteur

Soutenir par un don