Flash
24.05.2017 Entrepreneuriat : Ce vendredi, démarre à Lomé le Forum international pour le développement de l’entrepreneuriat en Afrique (FIDEA). L’événement est à sa première édition.
23.05.2017 Education : Komlan Adougo est devenu mercredi le nouveau président du Mouvement pour l’épanouissement de l’étudiant togolais (MEET), un regroupement estudiantin. Il supplante Komlan Kondo, en fin de mandat.
23.05.2017 Politique : Fond de la lettre datant du 22 mai 2017 de Nicolas Lawson à Faure Gnassingbé
06.05.2017 Sports/ Football : Le Togo prépare sa participation au Championnat d’Afrique des Nations (CHAN). Les éperviers locaux seront en regroupement au cours de la semaine prochaine.
27.04.2017 Diplomatie : Pour ses 57 ans d’accession à l’indépendance, le Togo a reçu du Gabon et du Japon des messages de félicitations et de vœux. L’Empereur du Japon, Akihito, a adressé mercredi son message à travers ambassadeur du pays au Togo. Le message de soutien du président gabonais est, lui,parvenu au chef de l’Etat togolais, la veille.
26.04.2017 Economie : Il est organisé du 26 avril au 05 mai à Lomé le Forum international des grandes entreprises et investissement (FIGEI). L’événement regroupera quelques 150 entreprises issues de 29 pays sont attendues autour du thème « Le monde des affaires et les échanges économiques avec les pays en voie de développement ».
26.04.2017 Politique : Le Comité d’action pour le renouveau (CAR) a 26 ans. Plusieurs activités seront organisées par le parti de Me Yawovi Agboyibo pour commémorer cet anniversiare. Il est annoncé, entre autres, l’inauguration d’un nouveau siège national pour le parti.

Momo Kankua nous parle de la 1ère édition de la Journée internationale du slam

« Canaliser le slam afin qu’il ne tombe pas dans la dérive comme le rap ».

Il sera célébré samedi prochain au Togo ainsi que dans plusieurs pays du monde, la première journée internationale du slam. Une commémoration initiée par des Togolais qui entend promouvoir le slam et ses adeptes. Le slameur Komla KLUTSE NANE alias Momo Kankua, principal promoteur de cette initiative nous en dit davantage.

Pa-lunion.com : Bonjour Momo Kankua Le slam aura sa journée internationale le 29 avril prochain. Pourquoi une telle initiative ?

Momo Kankua : Bonjour. C’est une journée internationale pour marquer le slam. Nous nous sommes rendus compte qu’il y a des journées internationales de tout événement .Or le slam est aujourd’hui en train de grandir, il est au cœur des événements. Pour nous, il est impératif de le fêter. Cette journée, c’est encore un moyen de faire grandir le slam, de le faire entrer dans les anales et réfléchir sur notre mouvement qui est en train de grandir à une vitesse exponentielle, montée qui demande de canaliser cet art afin qu’il ne tombe pas dans la dérive comme le rap par exemple.

L’idée vient de Slam is love qui est une association qui fait dans la formation, la création et la diffusion du slam et de Slam 228, la communauté des slameurs togolais.

C’est une initiative qui part du Togo et qui a eu l’aval de quelques pays. Cette année, c’est la première édition. Nous espérons qu’à la fin de l’humanité, on continuera par parler de cette journée du 29 avril.

Pourquoi avez-vous choisi la date du 29 avril pour cette journée ?

Nous voulions une date qu’aucun slameur ne peut revendiquer. A ma connaissance, aucun slameur de renom n’est né un 29 avril.

Le 29 avril, c’est aussi la journée internationale de la danse. Même certains danseurs ne le savent pas. Nous voulons que le slam s’ouvre aux autres arts. C’et donc un clin d’œil que nous faisons aux autres arts. Nous voulons que la prochaine édition, l’événement se fasse avec les danseurs. Pour nous, faire du slam, c’est danser avec les mots.

Enfin dans l’histoire du Togo, il n’y a pas d’événement majeur le 29 avril.

Quels sont ces pays qui ont adhéré à votre requête et comment faites-vous la gestion administrative ?

Nous avons le Bénin, le Gabon, le Niger, le Tchad, le Cameroun, la République Démocratique du Congo (RDC), le Burkina-Faso, le Mali. Nous sommes en pourparlers avec la Côte d’Ivoire, la France et les Etats Unis d’Amérique.

Le grand boulot, c’est d’aller vers les anglophones et les lusophones etc. Pour cette année, nous sommes pris par le temps mais nous en ferons l’effort l’année prochaine. Nous voulons aller partout, même en Chine.

Dans chaque pays, nus responsabilisons un slameur qui prône l’événement, cette année. Nous parions que dans les années à venir, chaque slameur, les communautés et les associations de slam vont porter la journée d’eux-mêmes.

La plupart des journées internationales, c’est l’Organisation des nations unies (ONU) qui les décrète. Quels moyens allez-vous mettre en œuvre pour qu’elle reconnaisse cette journée ?

Il est vrai que c’est l’ONU qui décrète la plupart des journées internationales mais certaines d’entre elles viennent des acteurs eux-mêmes. C’est le cas de la journée internationale du conte par exemple. Nous voulons d’abord que cette première édition tienne. Il y a des organismes africains et internationaux qui sont en train d’être créés. Nous ferons un lobbying vers eux pour qu’ils adhèrent à cette journée.
Nous allons vers les slameurs de tous les pays. Nous aurons une action commune vers l’ONU, l’OIF, etc. Nous voulons réaliser cette première édition et leur forcer la main quelque peu sur la base de nos réalisations.

Une journée internationale du slam au Togo, et après ?

Nous voulons mettre sur pied un répertoire des slameurs togolais. Nous avons eu un retard dû à conception de ce portail. Nous aurons à remettre au ministre en charge de la culture ce répertoire afin que le gouvernement mette le slam au cœur de ses activités.

Ensuite la démarche est d’aller voir des institutions. Nous avons la chance d’être souvent associés à des événements de l’OIF mais le slam doit aller au-delà de ça. L’UNESCO, l’UNICEF, etc. doivent nous avoir comme des ambassadeurs parce que nous sommes des griots, c’est nous qui portons aujourd’hui l’histoire du monde.

Nous voulons aussi que la population à travers cette journée vienne nous dire ce qu’elle pense du slam.

Quelles sont les activités qui marqueront cette journée au Togo ?

Nous aurons une rencontre professionnelle de 14h30 à 18h. Nous serons entretenus par Ozdok (manager et organisateur d’événement), Germain Pouli (Journaliste), Tam Hakim Toutou (promoteur culturel), Efy (slameur) et Enyam Scandalocks (slameur) sur le thème « Bilan et perspectives du slam » avec des sous-thèmes comme comment vivre du slam, comment en faire la promotion sur les médias, l’importance de la diffusion des œuvres artistiques. Nous aurons ensuite de 18h à 19h, la signature du livre d’or de la première année et un cocktail. De 19h30 à 21h30, nous aurons un concert. Pour cette dernière activité, nous ne pouvions inviter à prester tous les slameurs. Nous avons choisi 8 slameurs qui à leur tour désigneront chacun un slameur avec qui ils passeront sur scène. Ce sera une soirée colorée, riche en émotions et en partages. Tout ceci se fera à l’institut français de Lomé.

Qu’est ce qui sera dans les autres pays ?

Au Bénin, il y aura une rencontre professionnelle entre les slameurs à Cotonou. Ils iront ensuite à Porte-Novo faire une scène autour du feu. En RDC, les slameurs feront un atelier à la médiathèque de l’Institut français de Kinshasa puis une scène.
Au Cameroun, les slameurs se retrouveront dans un bar puis ils feront un spectacle aussi. Au Niger, ils feront une émission qui sera diffusée sur une chaîne nationale. Pour le Tchad, ils n’ont pas encore donné leur programme. Au Burkina-Faso, un concours a été organisé et la finale est prévue pour le 29 avril. En Côte d’Ivoire, les slameurs nous disent qu’ils veulent faire quelque chose de symbolique : nous espérons. Au Mali, il y aura une rencontre professionnelle et une scène.

Aux Etats Unis, Marc Smith organisera une scène lui-même. Nous sommes en train de le contacter pour qu’il la mette sous la journée. En France, un spectacle sera organisé par Rimes Croisées à Bovins. Nous négocions avec eux pour qu’elle soit mise sous la journée aussi.

Momo Kakua en est où aujourd’hui avec sa carrière ?

C’est maintenant que je la démarre. Je faisais vivre le slam, on est au tournant où le slam me fait le retour. Il y a des années, les écrits de mon premier et de mon second albums étaient prêts mais à cause de quelques soucis avec la structure avec laquelle je travaillais, les œuvres n’ont pas été diffusées. Cette année, c’est un nouveau dynamisme. Récemment, nous avons sortis avec Wapondi (artiste du slam ndlr), un morceau, Caresse de la géhenne, qui parle du viol. Bientôt de nouvelles œuvres.

Nous organiserons du 09 au 24 juin, le festival Fafa Slam, Parole de paix ; un événement qui fait la promotion de la paix à travers les langues nationales et qui se veut aussi de professionnaliser les slameurs.

En guise de not de fin, comment avoir des informations relatives à la Journée internationale du Slam.

Sur Facebook, vous avez la page Journée internationale du Slam/Poésie. Vous aurez également des informations sur la page de Momo Kankua. Ou en écrivant à slamislovetg@gmail.com.

Je profite pour dire merci à tous ceux qui font confiance au slam et qui aiment le slam.

A propos de l'auteur

Ghislain A.-K.

Jeune journaliste, il est un rédacteur du site d’informations pa-lunion.com

Du même auteur

Soutenir par un don