Parutions du vendredi 18 novembre 2016

COP22, la presse togolaise en parle

La 22ème Conférence des parties (COP22) qui se déroule au Maroc, ne laisse pas indifférents les journaux togolais. Ceux parus en kiosque ce vendredi ont réservé la part belle aux questions en jeu lors de cette COP.

« Une Afrique résiliente au changement climatique se dessine », lance Togo presse.
Selon le quotidien, sur l’initiative de sa majesté le Roi Mohammed VI du Maroc, un sommet des chefs d’Etat africains a eu lieu en marge de la COP22 qui se tient à Marrakech auquel a participé le chef de l’Etat togolais, Faure Gnassingbé, un sommet qui se veut un sommet africain de l’action, avec comme objectif d’harmoniser la lutte contre le changement climatique, disposer d’une convergence de vues dans l’action des pays africains.

« Préoccupé à plus d’un titre par le sujet, au regard des multiples programmes et projets développés au Togo dans l’optique d’une gestion durable des ressources environnementales, de même que la réduction des effets néfastes causés par les changements climatiques sur plusieurs activités économiques comme par exemple l’agriculture, l’élevage, et autres, Faure Gnassingbé, s’est déplacé en personne pour, non seulement soutenir la communauté des activistes et défenseurs de l’environnement pour une réduction sensible de la population environnementale, mais également pour rassurer la communauté internationale sur l’intérêt que le peuple togolais tout entier accorde à ce problème qui reste une épée de Damoclès sur la tête de l’humanité », précise Le Fondement juridique.

Intervenant sur la question, L’Eveil de la nation pense que Faure Gnassingbé fait d’une pierre plusieurs coups.
« A la tête d’une importante délégation, le président togolais a fait de sa participation à la COP22, une opportunité de discuter avec ses pairs pour des questions d’intérêt commun mais aussi avec des partenaires stratégiques », note le journal.

Autre sujet, passage des ministres devant les députés, Le Canard indépendant se demande si c’est une simple formalité.
« Longtemps considérés comme inactifs à l’Assemblée nationale, les députés ont pris depuis un bon moment la chose au sérieux. Ils sont décidés à voir plus clair dans la marmite et ceci passe évidemment par des questions orales auxquelles sont soumis les membres du gouvernement. Le but est de contribuer à renforcer la démocratie et à éclairer le public de façon transparente sur la gestion publique  », informe le journal.

L’Alternative fait savoir que le cafouillage perturbe le fonctionnement normal de la justice au projet d’affection des magistrats.
« Selon plusieurs sources provenant des auxiliaires de justice, des magistrats constitués pour être affectés ne trouvent plus aucun intérêt à se pencher sur des dossiers en instance  », informe-t-il.

« Impasse politique, mal-être social, entre désintérêt de Faure Gnassingbé et immobilisme de l’opposition, écrit pour sa part Liberté.
« Loin de la sphère politique, il y a un mal-être social qui ne dit pas son nom. Les Togolais aspiraient légitimement à un mieux-être avec les promesses de Faure Gnassingbé lors de la campagne pour l’élection d’avril 2015. Ce dernier, alors en course pour accaparer son 3ème mandat, promettait en effet de s’occuper, enfin, des populations en satisfaisant leurs besoins laissés en friche depuis son avènement au pouvoir et leur allégeant le coût de la vie », lit-on.

A propos de l'auteur

Du même auteur

Soutenir par un don