Parutions du lundi 23 janvier 2017

Bye-bye Yahya Jammeh !

Yahya Jammeh, l’ex-président gambien continu de défrayer la chronique dans les médias togolais.

Isolé diplomatiquement et cerné militairement, Forum de la Semaine lance : « Yahya Jammeh contraint d’abandonner le pouvoir pour un exil ‘’doré’’ ».

« De plus en plus isolé sur le plan diplomatique, lâché par sa propre armée et cerné militairement de toutes parts par les troupes de la CEDEAO, Yahya Jammeh n’avait pas d’autre choix que d’accepter un règlement diplomatique d’une crise qu’il a lui-même créée en Gambie, et en partie par des déclarations tapageuses certes et naïveté de son successeur Adama Barrow », ajoute-t-il.

Le Correcteur se penche également sur la question et s’interroge : « Départ forcé du dictateur Yahya Jammeh en exil : les yeux désormais tournés vers le Togo et Faure Gnassingbé ? ».

« Arrivée au pouvoir en 2005, Faure Gnassingbé et le désormais ex-président gambien Yahya Jammeh étaient les deux curiosités de la sous-région ouest-africaine. Leur plateau d’exhibition le plus éclatant fut leur opposition au protocole de limitation du mandat présidentiel au sein de la CEDEAO. A ce jour, après la chute de Jammeh, seul le Togo résiste à tous assauts de l’alternance politique », informe-t-il.

La Voix du Peuple va plus loin et informe : « Yahya Jammeh fait preuve de démocratie, la CEDEAO opte pour le bain de sang ».

« Finalement, s’il s’agit d’un démocrate, Yahya Jammeh en est un. S’il s’agit du respect de la loi, Yahya peut être cité dans ce cas. Mais s’il s’agit des sanguinaires, cherchons-les ailleurs. Aux dernières nouvelles, le démocrate a accepté quitter le pouvoir pour éviter un bain de sang en Gambie », lit-on.

Liberté de son côté renchérit : Alternance dans l’espace CEDEAO « Bye-bye Yahya Jammey, cap sur Faure Gnassingbé et le Togo.

Autre sujet, secteur des telecoms, Golfe Info ironise : « La révolution…ce n’est pas pour demain ».

« S’il y a aujourd’hui au monde, un secteur des plus dynamiques, et des plus performants, c’est bien celui des télécoms, et plus particulièrement, de la téléphonie mobile. Mais, curieusement et paradoxalement, au Togo, c’est bien le secteur le moins performant (techniquement s’entend), le moins compétitif, le moins inclusif, et le moins contributif à la croissance économique nationale », souligne-t-il.

En Sport, Courier de la République évoque le sujet sur la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) Total 2017 où les Lions « déplument » les Eperviers 3-1.

« Après une entame encourageante de compétition face au champion en titre, les Eperviers du Togo ont rendu une bien triste copie de leur prestation lors du second match face aux lions de l’Atlas du Maroc. Les fauves dos au mur pour avoir perdu face à la RDC se devraient de desserrer l’étau autour d’eux. Et face aux Togo, ils n’ont pas fait les choses dans la dentelle. Ils ont frappé fort avec une victoire hautement méritée 3-1 », note-t-il.

A propos de l'auteur

Du même auteur

Soutenir par un don