Incarcération de l’ancien président ivoirien à la CPI

Bernard Dadié et Me Kokou Koffigoh au secours de Laurent Gbagbo

Pour faire libérer l’ancien président de la Côte d’Ivoire, Laurent Gbagbo incarcéré à la Cour pénale internationale (CPI) à La Hayes au Pays-Bas depuis 2011, deux (2) personnalités ivoirienne et togolaise sont montées aux créneaux à travers une pétition lancée ce mercredi à Abidjan en Côte d’Ivoire.

Il s’agit de l’écrivain et homme politique ivoirien, Bernard Binlin Dadié et de l’écrivain et ancien Premier ministre togolais, Me Joseph Kokou Koffigoh.

Pour ces deux (2) pétitionnaires à la recherche de 20 millions de signature dans les trois (3) mois qui viennent, Laurent Gbagbo n’a pas sa place en prison à La Hayes.

Il doit, selon eux, être en Côte d’Ivoire parmi les siens. « Cette pétition a l’intention de montrer que la place de Laurent Gbagbo n’est pas à la Cour pénale internationale mais bien auprès des siens dans son pays », a laissé entendre M. Dadié qui a poursuivi en disant que « cette libération va amener la paix en Côte d’Ivoire » .

La pétition sera déclinée en deux versions : une version numérique et une version physique. Selon les organisateurs, un site sera identifié pour la version électronique et la version papier sera imprimée pour être distribuée dans toutes les localités de la Côte d’Ivoire.

Laurent Gbagbo a été transféré à CPI en 2011 pour avoir été à l’origine de la crise poste électorale qu’à connue la Côte d’Ivoire entre 2010-2011. Plus de 3.000 ivoiriens ont péri dans cette crise. M. Gbagbo est actuellement jugé à la CPI avec son compatriote et ministre de la jeunesse, Charles Blé Goudé. Quant à sa femme, Simone Gbagbo, surnommée « la dame de fer », elle a été jugée en Côte d’Ivoire et a écopé de 20 ans de prison.

A propos de l'auteur

Du même auteur

Soutenir par un don