Paralysie du secteur de la santé :

Bawara appelle au respect d’un service minimum

Dans quel pays observe-t-on une grève dans le secteur de la santé sans service minimum ? S’est interrogé mardi sur les ondes d’une radio de la capitale togolaise, Gilbert Bawara, le ministre de l’Administration territoriale.

« Nous sommes tombés dans la situation où la grève est excessive dans
ses modalités et dans sa manière de se dérouler », estime le ministre.
Dans un élan de solidarité avec d’éventuels patients, M Bawara appelle les agents de la santé à assurer un « service minimum ».

A rappeler que le front social est en ébullition depuis ce mercredi suite au mot d’ordre de grève lancé par la Synergie des Travailleurs du Togo (STT).

Selon Gibert Bawara, « si aujourd’hui notre pays n’a pas suffisamment de moyens et de capacités pour satisfaire pleinement aux attentes et aux aspirations des fonctionnaires, c’est parce que nous continuons à subir les graves séquelles et impacts de la grève générale illimitée ».

Pour le ministre, il n’est pas normal que les enfants puissent être exposés à tous les risques que présentent leur présence sur les voies publiques lors des manifestations, des revendications, des grèves.

Le ministre Bawara rappelle que beaucoup d’efforts ont été faits pour améliorer les conditions individuelles des agents de la fonction publique.

Selon lui, il revient aux travailleurs de faire la part des choses et trouver le juste milieu pour parvenir à un équilibre judicieux entre les investissements que le gouvernement continue de consacrer dans les équipements et les infrastructures collectifs et l’amélioration des conditions salariales.

Crédit Photo : Republicoftogo

A propos de l'auteur

Du même auteur

Soutenir par un don