COP 22 à Marrakech

Ban Ki-Moon appelle à la concrétisation des mots

Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-Moon a annoncé ce mardi à Marrakech à la communauté internationale, lors de la séance solennelle de Haut niveau de la 22è session de la conférence des parties à la Convention cadre des Nations Unies sur le changement climatique (COP22), l’appel qu’il est venu le temps de traduire ces mots en politiques effectives concrètes et en actions.

« Il s’agit d’une action cruciale pour protéger notre planète, sauvegarder les plus vulnérables et s’orienter vers une prospérité partagée », a-t-il ajouté.

C’était en présence de plusieurs chefs d’Etat et de gouvernement du monde entier, dont le Président de la République togolaise, Faure Gnassingbé.

« Les engagements actuels, pris par les Etats dans le cadre de l’accord de Paris de fin 2015, ne nous sortent pas de la zone de danger. Pour tenir l’objectif des 1,5°-2°C de réchauffement, les émissions mondiales devront atteindre leur pic d’ici 2020 puis décliner rapidement. Aujourd’hui, plus de 150 millions de personnes habitent sur des terres qui pourront être submergées ou souffrir d’inondations chroniques dès ce siècle, générant potentiellement des vagues massives de migration et d’instabilité », a-t-il prévenu tout ajoutant : « plus tôt nous agissons, plus grand sera notre gain ».

Pour lui, la communauté internationale n’a pas le droit de jouer avec le sort des générations futures ou mettre en péril la survie des autres espèces qui partagent la planète.

Dans un discours prononcé, M. Ban Ki-Moon a souligné que la pertinence et l’efficience des actions multilatérales, l’impérieuse nécessité pour les Chefs d’Etat et de gouvernement de prendre les devants, l’engagement des sociétés, la nécessité pour les Nations Unies de continuer à être à l’avant-garde de la recherche scientifique et à insister sur le besoin de lever les fonds en vue d’élargir le spectre d’application des solutions.

La sixième leçon selon lui, est le fait que l’ONU continue à faire avancer et à promouvoir l’aspect moral qui milite pour l’action.

Ban Ki-Moon a également appelé les pays développés à honorer leurs engagements afin de mobiliser les quelque 100 milliards de dollars à l’horizon 2020, dans la prospective d’aider les pays en développement à atténuer et à s’adapter à la vulnérabilité climatique.

Ban Ki-Moon a partagé à l’occasion son expérience des dix (10) Conférences des parties (COP) avec l’assistance. Cette expérience, selon lui, est faite de six (6) leçons.

Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-Moon, a appelé, mardi à Marrakech, la communauté internationale à traduire en actions et en politiques effectives les dispositions de l’Accord de Paris sur les changements climatiques, en insistant qu’il y va de l’impérieuse nécessité de protéger la planète, de sauvegarder les plus vulnérables et de s’orienter vers une prospérité partagée.

Il s’est dit confiant que son successeur à la tête de l’ONU, Antonio Guterres, poursuivra les actions.

A propos de l'auteur

Du même auteur

Soutenir par un don