Parutions du vendredi 5 mai 2017

Au revoir Nana Akufo-Addo !

La visite de travail et d’amitié du président ghanéen, Nana Akufo-Addo du 2 au 4 mai au Togo continu de défrayer la chronique dans les médias togolais ce vendredi.

Après son élection à la tête du Ghana, Nana Akufo-Addo pour resserrer les liens d’amitié et de coopération avec le Togo a effectué une visite de travail auprès de son homologue Faure Gnassingbé le mardi 2 mai dernier. Reçu en grandes pompes à la frontière de Kodjoviakopé, le président Ghanéen était accompagné d’une forte délégation dont son ministre des Affaires étrangères, Shirley Ayorkor Botchway. Le Dialogue tacle sur le sujet et informe : « Faure Gnassingbé et Nana Akufo ont exprimé leur volonté d’assurer la mise en œuvre des politiques régionales de développement ».

Forum de la Semaine fait allusion au communiqué conjoint sanctionnant la visite d’amitié et de travail de Nana Akufo-Addo. Examinant la question de la coopération bilatérale, le journal informe que, les deux Présidents ont exprimé leur satisfaction au sujet du très bon climat de sécurité qui règne entre les deux pays et des résultats enregistrés en ce qui concerne le règlement de la question des réfugiés, la lutte contre la criminalité transfrontalière ainsi que la libre circulation des personnes et des biens.

Le journal L’Union aussi s’attarde sur la visite du N°1 ghanéen au Togo. Le journal retrace les grandes étapes de cette visite de travail et propose à son lectorat l’intégralité du discours du Chef de l’Etat, Faure Gnassingbé, à l’adresse de son homologue ghanéen lors d’un dîner qu’il lui a offert le 03 mai au Radison Hotel 2 Février de Lomé.

Autre sujet à lire dans les journaux vendredi, un conflit de chefferie à Pagouda. L’Alternative donne les éléments clés dans cette affaire. Aussi commente-elle, « Le foncier et la chefferie sont des bombes à retardement sur l’ensemble du territoire. Les Solitoki, Massina, Manganawé, Kayewa, Dogo, et bien d’autres qui travaillent de jour comme de nuit à maintenir le régime dictatorial de Faure Gnassingbé au pouvoir et s’en mettent plein les poches, n’ont que faire de la misère de leurs frères du village. Ils leur dénient même le droit de choisir librement un simple chef canton ».

Liberté trouve dans cette affaire le rôle trouble des autorités togolaises et titre à sa Une « Chefferie traditionnelle dans le canton de Pagouda : la part de responsabilité de Faure Gnassingbé et ses ministres ».

Le Rendez-vous aussi tacle les gouvernants particulièrement le ministre Ouro-Koura Agadazi en charge de l’agriculture. Le journal revient sur les propos du ministre sur Radio Tchaoudjo, (Région centrale) et l’accuse de semer la « zizanie » dans cette histoire. Face à tout problème, Liberté avertit, « Les foyers de tension en lien avec la chefferie traditionnelle se multiplient au Togo. La réaction judicieuse des gouvernants est très attendue pour éviter les affrontements ».

A propos de l'auteur

Du même auteur

Soutenir par un don