4ème conférence de l’ONAEM à Lomé

Améliorer la collaboration entre les administrations de l’Action de l’Etat en Mer

La 4ème conférence de l’Organisme national chargé de l’action de l’Etat en mer (ONAEM) a été ouverte ce jeudi à Lomé par le chef du gouvernement, M. Komi Sélom Klassou.

Placée sous le thème : « Point sur la collaboration entre les acteurs de l’Action de l’Etat en Mer et opportunités de développement de l’économie maritime au Togo », cette conférence a été présidée en présence de plusieurs membres du gouvernement dont le ministre de l’Environnement et des ressources forestières, M. André Johnson, et du ministre conseiller pour la mer, M. Stanislas Baba.

Pendant deux (2) jours, il sera question au cours de la présente rencontre d’améliorer la collaboration entre les administrations de l’Action de l’Etat en Mer (AEM), répertorier et faire porter par les administrations concernées les textes d’applications du nouveau code de la marine marchande, de la loi relative à la pêche et à l’aquaculture, d’analyser le positionnement du Port Autonome de Lomé au niveau sous régional.

Selon le premier ministre, il sera également question de partager le contenu du projet de document du cadre stratégique pour le développement d’une économie bleue durable au Togo avec les différents acteurs.

« La présente conférence s’articule d’une part, sur les présentations des administrations ciblées ayant en charge les dossiers de l’heure et d’autre part, sur des thématiques qui ont besoin d’expertises particulières », a-t-il martelé.

Le premier ministre a invité les participants à apporter leurs expertises pour l’atteinte des objectifs assignés à cette conférence maritime 2017 et les a par ailleurs appelé à établir de solides fondements de l’action de l’Etat en mer.

« Dans un contexte mondial où l’activité maritime prend de l’ampleur croissante, la synergie dans les actions de tous les acteurs impliqués est indispensable », a-t-il ajouté.

Le de l’Environnement et des ressources forestières, M. André Johnson, a de son côté montrer que : « Dans cette logique, ils devront innover dans le domaine de la surveillance maritime et côtière en faisant l’expérience de l’utilisation des nouvelles technologies telles que les satellites, les drones, les caméras optroniques de vision jour et nuit, le goniomètre, ce qui permettra l’amélioration de la surveillance de ses côtes et de ses espaces maritimes, de maîtriser au mieux les comportements criminels ou délictueux afin de prendre les mesures qui s’imposent ».

Cette rencontre s’inscrit dans le cadre du Haut Conseil pour la Mer (HCM), un organe qui a pour mission de mettre en place un dispositif étoffé permettant de mieux organiser et de mieux coordonner les services qui ont compétence sur le domaine maritime togolais et de répondre aux évolutions en matière sécuritaire, environnemental et économique.

A propos de l'auteur

Du même auteur

Soutenir par un don