Recomposition de la CENI

Agbéyomé Kodjo propose l’ouverture d’un dialogue d’une semaine

Après l’Alliance nationale pour le changement (ANC) et le Comité d’action pour le renouveau (CAR) qui ont tour à tour proposé que pour la recomposition de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) en vue des prochaines échéances électorales, c’est au tour de l’Organisation pour bâtir dans l’union un Togo solidaire (OBUTS) de dévoiler ce qu’elle pense de ce sujet.

Invité de dimanche de l’émission « D12 » de la radio Pyramide FM, le président de ce parti politique d’opposition, Agbéyomé Kodjo a proposé l’ouverture d’un cadre de dialogue pour une durée d’une semaine.
Pour lui, il doit s’agir d’un cadre politique dont le programme et les thématiques à aborder seront définis par le gouvernement et les partis de l’opposition togolaise aussi bien parlementaires qu’extra-parlementaires.
« Quand nous nous retrouverons au cours de ce dialogue, que nous n’ayons pas l’impression de nous retrouver à l’Assemblée nationale où sur certains sujets, des blocs se forment et c’est ça ou rien. Et le pouvoir, et l’opposition, nous luttons pour de meilleures conditions de vie, pour le rayonnement de notre pays à l’extérieur et nous luttons également pour préparer l’avenir pour les générations futures », a-t-il précisé.
D’une interrogation sur les motivations qui ont conduit le gouvernement à vouloir mettre en place une CENI technique, l’acteur politique dit être d’accord pour que le Togo évite de d’offrir des « scènes insolites » comme celles qui ont marqué la publication de la dernière élection présidentielle.
Au-delà de cela, M. Kodjo dit que tout doit être fait pour que la CENI qui sera créée, ne traine pas « mêmes tares politiques » que celles qui l’ont précédée. Il propose également qu’une attention particulière soit prêtée à d’autres questions, notamment la question de la fiabilité de la liste électorale.

A propos de l'auteur

Du même auteur

Soutenir par un don