Réformes politiques et institutionnelles

A nos marques, partons !

Un atelier de réflexion et d’échanges sur les réformes institutionnelles et politiques a été ouverte, ce lundi par le premier ministre, Selom Klassou. Organisée par le Haut commissariat à la réconciliation et au renforcement de l’unité nationale (HCRRUN), elle réunit plusieurs acteurs politiques et sociétaux de tout le pays.

Le HCRRUN entend créer les conditions favorables à la formulation et à la mise en œuvre des réformes politiques et institutionnelles conformément au volet 2 de sa mission et la recommandation 8 alinéa 2 du rapport de la Commission vérité justice et réconciliation (CVJR). Ceci à travers une rencontre qu’il organise du 11 au 15 juillet autour de la question.

Pour le HCRRUN et sa présidente, il s’agit d’amener ces différents acteurs à réfléchir et échanger dans l’optique d’une compréhension commune de ce que doivent être les réformes institutionnelles et politiques et leurs incidences sur le vivre ensemble.

« Il nous faut débattre sereinement et au-delà de la controverse, inciter à agir de façon responsable. C’est le moment pour les uns et autres que nous sommes de partager ce que nous avons reçu. Il s’agira pour chacun de nous de formuler des propositions et de réitérer les anciennes en étant capables d’en consentir les sacrifices que le Togo appelle de notre part. Nous sommes invités à opérer un diagnostic sérieux et actualisé de la problématique des réformes au moyen des ressources conjuguées de l’imagination, de l’expérimentation, du raisonnement et du vouloir vivre ensemble », a indiqué Mme Awa Nana-Daboya, présidente du HCRRUN.

A la fin de cet atelier, il ne faudra pas s’attendre à des recommandations mais plutôt à une synthèse qui sera un véritable outil dans le processus de réformes comme le précises le premier ministre, M. Selom Klassou, « Les conclusions serviront de document de travail pour la commission qui sera en place conformément aux recommandations positives de la CVJR. Au-delà des divergences, quelles qu’elles soient, nous devons comprendre que le Togo est notre patrimoine commun. A ce titre, nous avons l’impérieux devoir d’œuvrer pour l’agir et le vivre ensemble ».

Cette rencontre est d’une importance capitale. C’est le point de vue de Me Sylvain ATTO-MENSAH, défenseur des droits de l’Homme et membre de la société civile.

« Nos attentes, au niveau de la société civile, sont nombreuses quant à la réussite de cet atelier », a-t-il indiqué avant d’ajouter « Ici, il faut se départir d’un certain nombre de débats politico-politiciens pour que nous rentrions dans le concret s’agissant des réformes. Nous voudrons que l’atelier dessine les grandes lignes de ces réformes. Nous devons considérer que les questions d’alternance, de limitation de mandat, de mode de scrutin sont des réalités auxquelles nous ne pouvons pas échapper aujourd’hui.Mais il faut faire des adaptations qui nous permettent de réaliser des réformes qui résistent au temps et à l’espace et qui ne sont pas liées à des personne ».

Si d’aucuns boycottent ces assises parce que n’ayant pas confiance au HCRRUN et surtout en sa présidente au vu de son passé à la tête de la Commission nationale électorale en 1998, le Mouvement républicain centriste (MRC) d’Abass Kaboua compte y faire résonner sa voix.

« Nous ne pensons pas qu’Awa Nana soit disqualifiée pour mener ce genre de débat : elle est en plein dans son rôle. Nous allons écouter, nous répondrons. Nous sommes contents de ces assises », a déclaré Abass Kaboua, président de ladite formation politique.

Vue des participants

Pour Mgr Nicodème Barrigah, ancien responsable de la CVJR, la satisfaction est aussi grande.

« La CVJR, à la fin de son mandat, a formulé des recommandations. Et chaque fois que nous voyons leur application, nous ne pouvons que nous en réjouir. Les recommandations constituent un tout et quelle que soit la porte d’entrée qu’on prend, l’objectif doit être de considérer cela de manière inclusive pour que toute démarche puisse aboutir », a-t-il notifié.

Une approche pédagogique et interactive sur la base des communications faites de panels fondés sur des expériences et expertises étrangères suivis de débats constructifs et instructifs sera adoptée.

Exceptionnellement pour la circonstance, des experts venus du Ghana et du Maroc partageront leurs expériences en la matière avec les Togolais.

A propos de l'auteur

Ghislain A.-K.

Jeune journaliste, il est un rédacteur du site d’informations pa-lunion.com

Du même auteur

Soutenir par un don