Crise au sein du CAR

33 des 36 fédérations poussent Me Apévon à organiser un congrès

Un congrès extraordinaire est organisé dans un délai d’un mois en vue de la résolution de la crise qui secoue la formation politique du parti du Comité d’action pour le renouveau (CAR, opposition).

Ce sont des décisions prises samedi dernier à Lomé lors de la réunion de 33 des 36 fédérations du CAR pour sommer le président national de ce parti, Me Paul Dodji Apévon.

Reçu ce lundi sur les ondes de la radio Victoire FM, M. Kohan Binafame, le chargé de communication du CAR a affirmé cet aveu des proches du parti.

Ce responsable du Comité d’action pour le renouveau a d’entrée de jeu lancé à la gouverne de ceux qui ont tenu la réunion de Lomé que Me Apévon n’en est pour rien dans l’inorganisation d’un congrès.

Selon le chargé de communication du CAR, Me Apévon n’a pas refusé d’aller au congrès, c’est plutôt le sieur Agboyibo qui avait sorti une note le 26 février 2016 pour dire qu’il ne veut pas d’un congrès si la crise n’est pas résolue.

« Que ce soit un conseil national ou une conférence des présidents, les textes prévoient que ces réunions soient présidées par le président national, ce qui n’a pas été le cas. En dehors du président national, toute autre réunion présidée par une autre personne est illégale », a-t-il soulevé

Contrairement à l’argument avancé par les présidents des 33 fédérations, qui est de leur « lourde responsabilité », selon les dispositions statutaires, de demander au président national du parti d’organiser un congrès, M. Binafame veut rassurer l’opinion que cette réunion tenue à Lomé ne respecte aucun texte du CAR.

Pour rappel, la crise au sein du CAR est issue de la guerre ouverte qui oppose le président national, Me Apévon et le président d’honneur du parti, Me Yawovi Agboyibo, soupçonné par son successeur de nourrir l’intention de revenir à la tête du parti.

A propos de l'auteur

Du même auteur

Soutenir par un don