Réalisation des composantes 1 et 2 du PUDC

22 communautés vont bénéficier d’infrastructures

Les représentants de vingt-deux (22) communautés du Togo, qui vont bientôt bénéficier d’infrastructures socio-économiques dans le cadre du Programme d’urgence de développement communautaire (PUDC), on signé ce mardi avec le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) au Togo, bras opérationnel du PUDC et le ministère en charge du Développement à la base, une convention de financement de réalisation de ces infrastructures.

C’est en présence de la ministre du Développement à la base, de l’artisanat, de la jeunesse et de l’emploi des jeunes, Victoire Tomégah-Dogbé et la Représentante résidente du PNUD au Togo, Khardiata Lo N’diaye.

Sont concernés par ces infrastructures, une quinzaine de quartiers de Lomé et huit (8) localités de l’intérieur du pays, à savoir Oti, Dankpen, Sotouboua, Est-Mono, Kozah, Blitta et Haho.

D’un coût total de 2,1 milliards de francs CFA, les ouvrages à réaliser sont composés de marchés préfectoraux et cantonaux, l’électrification et des forages photovoltaïques, les blocs de latrines modernes et des maisons de jeunes ou de femmes.

L’Agence nationale d’appui au développement à la base (ANADEB) se chargera de recruter par appels d’offres les entreprises qui vont réaliser les ouvrages.

« Les communautés doivent s’impliquer dans la mise en œuvre des infrastructures mais l’ANADEB doit, conformément aux procédures de marchés publics dans notre pays, recruter des entreprises qui auront la charge de construire les infrastructures. En dernier lieu, elle fera le suivi des activités à travers des contrôleurs qui seront recrutés. Les communautés bénéficiaires doivent respecter leur propre engagement, surtout à veiller à ce que le travail se fasse selon les qualités requises. C’est un travail communautaire dans lequel tout le monde doit s’impliquer », a déclaré la ministre.

Le PUDC, un programme gouvernemental de plusieurs dizaines de milliards de francs CFA pour les trois (3) années à venir, comprend plusieurs axes dont le développement des infrastructures socio-économiques de base, le renforcement des capacités institutionnelles des acteurs nationaux et locaux, le développement de l’entreprenariat rural et la création d’un système de géolocalisation des infrastructures.

A propos de l'auteur

Du même auteur

Soutenir par un don