Aképé

192 ha pour accueillir 300.000 tonnes de déchets

Les travaux de construction du centre d’enfouissement technique des déchets solides pour le Grand Lomé peuvent désormais être tranquillement entamés sur le site choisi à Aképé. C’est la conséquence de la décision que vient de rendre le Comité de règlement des différends de l’ARMP, déboutant la société Averda International Limited, l’un des deux autres soumissionnaires recalés.

Avec l’appui financier de l’Agence française de développement (Afd), l’Union européenne et de la Banque ouest africaine de développement, la Commune de Lomé avait lancé, le 14 juillet 2014, un appel d’offres international pour la réalisation des travaux de construction et d’exploitation dudit centre.

Après l’évaluation des offres, l’attribution provisoire du marché – devenue définitive depuis le 15 avril dernier – est allée au groupement Eiffage/Coved/Ger, pour un montant hors taxes de 17.111.074.228 francs Cfa correspondant à la tranche ferme. L’offre financière, qui inclut les tranches conditionnelle et complémentaire, fait 25.933.040.731 francs Cfa.

Cette tranche ferme comprend les travaux de construction d’un CET pour déchets solides ménagers ou assimilés comprenant la construction des casiers (C1 à C5), de l’aire, bâtiments et équipements de la zone de réception, des clôtures de la zone technique et équipements et de la construction de 4 km de route d’accès au site. Elle inclut l’exploitation du CET sur les cinq premières années de fonctionnement (année 1 à 5 inclus).

L’aménagement du site devrait porter sur une superficie d’environ 192 hectares, pouvant accueillir 300.000 tonnes de déchets par an, selon les normes internationales pour une période minimale de 20 ans.
Photo : des ramasseurs de déchets vers le dépotoir sauvage

A propos de l'auteur

Late Pater

Il est rédacteur au journal L’Union pour la Patrie et au site web Pa-lunion.com

Du même auteur

Soutenir par un don